Notre définition de la solidarité internationale

Portraits publiés sur le Blog de la semaine de la solidarité internationale de la métropole de Lille tenu par les étudiants étrangers de l’ESJ Lille.

Nous sommes les dix étudiants étrangers de la 86e promotion qui intégreront l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille cet octobre.Nous provenons de dix pays sur trois continents. Autant de manière de voir la solidarité autour de nous (Photos : Nicolas Burnens)


Piotr Czarzasty, Pologne, 26 ans

En tant que Polonais, j’aurais inévitablement beaucoup à dire sur la solidarité internationale.

Solidarnosc, le premier syndicat légal d’opposition fondé au sein d’une démocratie populaire, a laissé une empreinte très vive dans les mémoires. Même si cette époque est bel et bien révolue, les principes qui ont régi l’activité de Solidarnosc demeurent.

A mon sens, la solidarité consisterait à se rassembler autour d’une cause, pour la défense de valeurs partagées par tous. Une défense qui impliquerait le sentiment de compassion pour l’autre et la revendication d’une égalité devant la loi pour tous.


Jie Lie, Chine, 23 ans

La solidarité internationale, c’est penser aux autres lorsque que nous sommes heureux, s’interroger sur l’égalité des chances et se poser les bonnes questions : pourquoi a-t-on le choix de nos desserts alors qu’en Afrique, une personne meurt de faim chaque quatre secondes ?

Sait-on que nos jolies chaussures sont fabriquées par les mains saignantes des enfants du Sud-Est asiatique ? Comment une famille de Roms vit-elle avec cent euros par mois ? Ces questionnements ne doivent pas simplement susciter des réflexions, mais plutôt des actions.


Trésor Kibangula, République Démocratique du Congo, 27 ans

La solidarité internationale implique une volonté commune de trouver des réponses aux problèmes de notre monde. Elle nous oblige à rechercher le bonheur de tous.

Le monde devient ainsi un village planétaire. L’égoïsme des peuples s’efface au profit de l’altruisme : on se sent heureux lorsque tous le sont.


Florencia Valdés, Mexique, 26 ans

Je suis née à Mexico. A l’âge de huit ans, j’ai déménagé au Honduras où je suis restée jusqu’à la terminale. Bac en poche, je suis arrivée à Toulouse pour faire une classe préparatoire littéraire dans le but d’intégrer une école de journalisme. Deux ans après j’ai poursuivi mes études littéraires à Paris où je suis restée pendant deux ans. Désormais, je continue l’aventure à l’École Supérieure de Journalisme de Lille.

Entre la paperasse administrative, les arrêts de métro et le rapport avec autrui, on est vite déboussolé, surtout quand on arrive dans un pays étranger. Les gens qui rendent le processus d’adaptation plus facile avec des conseils, ou un simple sourire symbolisent, pour moi, la solidarité internationale.


Toni Galofaro, Suisse, 23 ans

Israéliens et Palestiniens ont à nouveau repris les négociations de paix. Mais les Palestiniens menacent de quitter le processus si Israël ne met pas un terme à la colonisation de terres palestiniennes.

A l’image de ce conflit, l’actualité regorge d’histoires où la « non-solidarité » entre deux peuples est l’acteur principal. Deux peuples qui ne peuvent ou ne veulent pas vivre ensemble.

La solidarité, c’est vivre en paix avec son voisin. La solidarité internationale, c’est pareil, à cette différence près que le lieu de vie commun avec notre voisin ne s’arrête pas au bout de notre palier, mais englobe la planète entière.


Isabel Contreras Mandic, Espagne, 25 ans

Pour moi, la solidarité internationale implique une ouverture d’esprit. C’est connaître d’autres visions du monde qui ne peuvent qu’enrichir sa personne.

C’est comprendre que le monde ne tourne pas autour d’un quartier ni d’une ville mais autour des personnes qui les constituent et qui les font vivre à travers leur caractère différent.

C’est l’inquiètude pour celui qui habite à côté, c’est travailler pour une vie en commun en détruisant des a priori.


Nicolas Burnens, Suisse, 25 ans

En termes de dons financiers par personne, les Suisses sont les plus généreux et les plus solidaires. Lors du tsunami en 2004 par exemple, la collecte nationale suisse a levé près de 168 millions d’euros (227.7 millions de francs suisses). En tout, 2,70 milliards d’euros ont été récoltés dans le monde. Une performance en partie due à aux moyens financiers du pays.

Pourtant, il ne faut pas exclusivement voir ce qui se fait à l’extérieur. La solidarité, c’est discuter avec une personne âgée, aider une personne handicapée à faire ses courses. Ce sont des actions à priori anodines et discrètes. Mais cette forme de solidarité est importante et elle se perd, au détriment d’autres activités, plus mercantiles et individualistes.


Chansophea, Cambodge, 27 ans

La solidarité internationale représente une force commune de plusieurs nations ou de plusieurs groupes de personnes qui sont originaires de différents pays. Le monde a besoin de cette force pour assurer la paix et éliminer la discrimination. La valeur humaine est identique malgré les couleurs de peau, la race ou l’intelligence. Ce message est important et devrait être diffusé plus largement.



Sami Boukhelifa, Algérie, 25 ans

Quand j’étais petit, ma mère me disait toujours : «Toi, tu seras avocat ou journaliste.» (Apparemment, je parlais beaucoup…). J’ai fini mes études d’avocat en 2007, mais je ne me voyais pas du tout, porter une toge et courir de tribunal en tribunal.

Ironie du sort, c’est à la radio que je fais mes premiers pas dans le monde professionnel. Le travail journalistique, les déplacements et les voyages deviennent mon nouveau mode de vie, à l’exception faite du mois de Ramadhan durant lequel je rejoins ma famille pour célébrer cette période sacrée.

En 2010 et pour la première fois de ma vie, j’ai passé ce mois loin de mes proches, où du moins c’est ce que je croyais… Je l’ai passé en Bretagne avec mes amis de la promotion internationale de l’ESJ qui ont pour certains (bien que non-musulmans) observés le jeûne avec moi et pour d’autres, attendus l’heure de la rupture du carême, pour que nous dinions tous ensemble. Et ça, pour moi, c’est une forme de solidarité internationale.

Marthe Fare, Togo, 25 ans

Apporter son aide à un voisin, un ami ou un inconnu dans le besoin ; dire bonjour à un inconnu ou encore lui indiquer son chemin. Accepter l’autre malgré ses différences et comprendre que les différences entre les hommes est une source de richesse. Ainsi, la solidarité internationale a un sens. Elle se vit comme une ouverture à l’Autre, un moment où chacun montre qu’il peut être dépendant de l’autre. La solidarité internationale, c’est être sensible aux misères et aux angoisses que l’on voit quotidiennement mais auxquelles on ne s’intéresse pas.


Comments
One Response to “Notre définition de la solidarité internationale”
  1. reda dit :

    wellah vraiment m’aider

Leave A Comment

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: