Fortunes diverses pour le panel de paroles de Français

Le jeudi 10 février 2011, ils étaient neuf Français face à Nicolas Sarkozy, venu répondre à leurs préoccupations sur TF1 dans « Paroles de Français ». Chacun est devenu une « star » dans leur région. A sa manière…Tour d’horizon.Article rédigé en session web à l’ESJ, février 2011.

Fatiha Djegaoud : menacée après l’émission

Depuis l’émission, cette pharmacienne niçoise  de 62 ans, vit un véritable enfer.

Sa pharmacie, située dans le quartier des Moulins a été braquée trois reprises en quatre mois.

Face au chef de l’Etat, elle s’est plainte de l’insécurité grandissante dans son quartier.

Depuis, elle est victime d’insultes par téléphone. Des inconnus ont aussi dispersé des immondices devant son commerce.

« On m’a reproché d’avoir parlé, ce n’est pourtant pas un crime de dire la vérité. Qu’ai-je dit de mal ? Je ne comprends pas une telle agressivité », a-t-elle expliqué dans une interview de Nice Matin.

Lionel Dauguet : la déception

Pour Lionel Dauguet, 56 ans, soudeur au chantier naval STX de Saint-Nazaire, l’expérience a été éprouvante. Il a été déçu du direct. « Je voulais parler de l’avenir du chantier, du projet d’éoliennes offshore et de la pénibilité. Et au dernier moment, on m’a demandé de changer, et de poser une question sur le pouvoir d’achat », a-t-il lâché à nos confères de PresseOcéan.

Michaël Poillon : l’agriculteur vindicatif

Jeudi soir, celui qui s’est montré le plus vindicatif, mais aussi le plus confus, est Michaël Poillon, jeune agriculteur bio du Pas de Calais.

Devant Nicolas Sarkozy, il a dénoncé le système économique libéral. La manière dont Jean-Jaques Pernault a mené les débats l’a ennervé. L’agriculteur du Nord a dénoncé le système économique libéral

« Il n’y a pas eu d’échange, on l’a seulement écouté asséner ses vérités, avec une espèce de compassion qui ne trompe personne. C’est ce qui m’a mis mal à l’aise, mais je connaissais les règles du jeu avant de venir ».

Claudine Lefaix : frustrée par l’émission

Cette commerciale de l’Allier, elle aussi, est sortie frustrée de l’émission. Elle regrette de n’avoir pu d’avantage échanger. « À aucun moment, on ne nous a lobotomisé le cerveau. J’ai été libre de dire ce que je voulais. On avait préparé nos questions. Ensuite, c’était un débat ouvert, on pouvait relancer », a-t-elle précisé dans une interview de La Montagne, tout en réalisant la chance de pouvoir être face au président.

Simone Farjas : la difficulté d’être médecin généraliste

Simone Farjas, une Adéchoise de 56 ans faisait aussi partie du panel, interrogée quelques jours avant l’émission par les médias locaux. Elle est médecin généraliste de campagne à Lamastre. Elle souligné les difficultés à trouver des généralistes pour s’installer en milieu rural. Nicolas Sarkozy a annoncé que l’Etat allait accorder 400 bourses à des jeunes étudiants en médecine pour qu’ils aillent ensuite exercer dans des zones en déficit de praticiens généralistes.

Lina Brudey : non aux suppressions de postes

Agée de 44 ans, elle est professeur des écoles de Mont-Saint-Aignan avait la lourde tâche de questionner Nicolas Sarkozy (après plus de 2 heures d’émission) sur l’un des thèmes brûlants du moment : l’éducation. Institutrice et formatrice, la Seino-marine a démarré son intervention en interpellant le président de la République sur 16.000 suppressions de postes à venir à la rentrée 2011. Le président a promis de rencontrer  les syndicats enseignants sur leur formation pratique.

Edouard Raynaud a osé aborder l’islam

Et  lorsqu’un jeune étudiant en anglais et histoire dans le Val-de-Marne, juge urgent de former des imams « républicains », le président de la République approuve. Même s’il rappelle à  Edouard Raynaud, 20 ans, l’impuissance d’un Etat laïc dans cette situation. Cliquez sur l’image pour voir l’extrait.

Stéphanie Bullier est restée sur sa faim

La dernière Française du panel est la Briochine Stéphanie Bullier, directrice-générale des Pinceaux Léonard. Jeudi soir, le président n’a pas répondu à sa question« Mais j’ai à peine eu le temps de poser ma question et lui d’y répondre. Et sur un sujet comme celui-là, je me doutais bien qu’il n’allait pas nous donner une solution miracle. Mais c’est déjà bien d’avoir pu poser la question car à un moment, je me suis demandé si j’allais pouvoir m’exprimer ! ».

Ted Slovik : le doyen de l’émission

Photographe de 80 ans du Pas-de-Calais, sa femme est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Il a sans doutes été le Français le plus touchant de l’émission. Il a rappelé la situation des malades d’Alzheimer et de celle des aidants. « Le gouvernement a mis en place 44 mesures sur 50 du plan Alzheimer, on aimerait que ça avance »Il s’est au montré satisfait, au moment de monter dans un taxi à la fin de l’émission. « Le président était très disponible », a-t-il commenté.

Pour revoir l’émission en intégralité.

Comments
One Response to “Fortunes diverses pour le panel de paroles de Français”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Rafa Cereceda , Burnens. Burnens said: Fortunes diverses pour le panel de paroles de Français http://bit.ly/gMipI5 [...]



Leave A Comment

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: